Auparavant, dès l’entrée à l’enseignement supérieur, les étudiants étaient obligés de s’affilier à la sécurité sociale étudiante. Il s’agissait de la mutuelle nationale des étudiants de France (MNEF) et qui est devenue LMDE ou la mutuelle des étudiants. Ce régime spécial a été obtenu par l’union nationale des étudiants de France ou l’UNEF afin d’accorder un privilège aux étudiants.  Mais depuis 2019, la loi a changé.

Les étudiants sont désormais rattachés au régime général par le biais de la caisse primaire d’assurance maladie du lieu de leur domicile. Et dans la plupart des cas, ils peuvent se rattacher à la mutuelle santé des parents qui  n’engendre pas de cotisation à leur encontre. Si vous souhaitez tout comprendre sur le fonctionnement du processus de rattachement à une mutuelle étudiante, on décrypte tout dans cet article. 

L’adhésion facultative à une mutuelle ou à une complémentaire santé

Lorsqu’on est étudiant, on n’est pas obligé comme les salariés de souscrire une mutuelle santé. En effet, en principe, on a peu ou pas de revenu du tout. Une telle souscription est facultative. Dans ce cas, on dispose d’un choix et tout dépend de la volonté de l’étudiant. Depuis la suppression du régime particulier pour les étudiants, ils peuvent choisir d’adhérer à une mutuelle spéciale étudiante.

La SMEREP avec la MEP sont devenues la HEYME la première mutuelle de France dédiée exclusivement aux 16 à 35 ans. Une mutuelle pour les jeunes et notamment pour ceux qui font des études supérieures propose toujours un tarif plus bas. Puis, la seconde option est de souscrire à une complémentaire santé quelconque. Enfin, le troisième choix c’est de se rattacher à la complémentaire des parents. Dans cette dernière option, il y a quelques conditions qu’il faut respecter.  Comment ça se passe réellement ? 

Un rattachement automatique avant 16 ans 

La question du rattachement à la sécurité sociale ne se pose plus, il se fait automatiquement. Seulement, cette assurance sociale n’assume pas la totalité des remboursements des frais médicaux. La prise en charge n’est que partielle et ne concerne que 70% des soins coordonnés c’est-à-dire ceux qui sont faits avec un médecin traitant déclaré. Le reste des dépenses demeure à votre charge. Voilà tout l’intérêt de recourir au service d’une mutuelle ou d’une complémentaire santé. Le principe est que si vous êtes âgé de moins de 16 ans, vous êtes naturellement lié à la mutuelle de votre parent.

Mais même en dépassant cet âge lorsque vous faites des études supérieures, le rattachement demeure possible. D’ailleurs, c’est très profitable lorsque les parents bénéficient d’une mutuelle obligatoire d’entreprise. C’est l’employeur qui paye une grande partie des cotisations, sa part peut aller jusqu’à la moitié. En fait, même si le système de protection des étudiants n’est plus en vigueur, ils ont toujours des droits plus avantageux par rapport à d’autres catégories de personnes. La raison est que la situation financière de ces personnes est souvent précaire.

A quel âge s’arrête le rattachement des étudiants à la mutuelle des parents ?

La première année d’étude jusqu’à la période d’activité régulière peut durer longtemps. Les mutuelles ont conscience de ce laps de temps et limitent l’âge du rattachement. Selon la compagnie et selon les contrats, cet âge varie entre 21 à 26 ans. Une fois ce maximum atteint, l’étudiant doit souscrire une mutuelle individuelle pour bénéficier d’un remboursement complet des dépenses liées à sa santé. Pour savoir si vous pouvez encore profiter du rattachement, il faut procéder à une vérification du contrat avec la mutuelle des parents et voir quel profil reste éligible.

Processus de rattachement : voici ce que l’étudiant doit faire

En premier lieu, il faut procéder à l’ouverture d’un compte ameli. C’est votre cour personnelle pour la gestion en ligne de tous vos services tels que les remboursements. Puis, avoir des comptes en banque est important. Vous devez transférer le code bancaire à la compagnie d’assurance de vos parents afin de recevoir le remboursement. Il faut sélectionner ensuite un médecin traitant aux alentours de votre établissement. Enfin, le rattachement à la mutuelle n’est pas entièrement gratuit. En effet, en votre qualité d’étudiant vous devrez payer pour une année environ 90 euros. Ce qui va servir à l’organisation d’une meilleure condition de vie étudiante.